Comment nommer les femmes ? Hélène Brion (1882-1962) et le projet d’Encyclopédie féministe

Institutrice, syndicaliste et pacifiste, Hélène Brion avait le projet de rédiger une Encyclopédie féministe, projet qui commença en 1902 mais resta inachevé[1]. Il faut dire que la tâche qu’elle s’était assignée était immense : dresser un inventaire de toutes les femmes qu’elle jugeait remarquables aussi bien pour leurs actions que pour la reconnaissance qu’elles avaient pu acquérir dans tous les domaines. Elle s’employa à récolter d’innombrables coupures de presse, qu’elle collait sans ordre précis dans des cahiers aujourd’hui conservés aux Archives nationales et à la Bibliothèque Marguerite Durand.

En cherchant à recenser toutes ces femmes qui avaient pu s’illustrer par le passé, Hélène Brion fut confrontée à une difficulté de taille : comment les nommer ? Par leur nom ou par leur prénom ? Dans l’un des cahiers conservé à la Bibliothèque Marguerite Durand, elle écrit :

J’ai commis une lourde faute dans ce bouquin, en répertoriant les femmes au nom de leurs maris ou de leurs pères. Je me suis aperçue bien vite que le seul nom qui soit personnel à la femme est son prénom ; trop de femmes, d’ailleurs, sacrifient même leur prénom sur l’autel du sacré mariage et au lieu, par exemple de Mme Lucie Machin se font appeler Mme Robert Chose – tant l’esprit de servilité est encore grand chez les femmes[2].

C’était en juillet 1950, soit plus de quarante ans après s’être lancée dans ce projet. Un questionnement au cœur de notre projet Eurykleia. Car nommer les femmes, c’est rompre tout lien de subordination, pour leur donner une réalité, une existence, une vraie place dans l’histoire.

[1] Sur Hélène Brion, C. Avrane, « Hélène Brion, une institutrice féministe », Bulletin Archives du féminisme,

n°5, juin 2003 (URL : http://www.archivesdufeminisme.fr/ressources-en-ligne/articles-et-comptes-rendus/articles-historiques/avrane-c-helene-brion-institutrice-feministe/); C. Avrane et Ch. Bard, « Brion Hélène », Dictionnaire des féministes. France XVIIIe-XXIe siècles, Ch. Bard et S. Chaperon (dir.), 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *