Dossier « Laisser son nom: femmes et actes de mémoire dans les sociétés anciennes », Pallas. Revue d’études antiques, 99, 2015, p. 9-131

Un compte-rendu de lecture du dossier Pallas a été publié par Isabelle Pernin dans la revue Clio FGH, 45/2017, p. 309-311: « Ce dossier de huit contributions est le résultat d’une journée d’étude organisée à Toulouse en avril 2014 par des membres des laboratoires TRACES (UMR 5608), ANHIMA (UMR 8210) et PLH-ERASME (EA 4601), mais il est également l’émanation d’un groupe de travail réuni autour d’un projet plus vaste, Eurykléia, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne incluant en plus des équipes déjà mentionnées le laboratoire ARCHIMEDE (UMR 7044). Sandra Boehringer, Adeline Grand-Clément, Sandra Péré-Noguès et Violaine Sebillotte Cuchet, toutes chercheuses déjà engagées de longue date dans les travaux sur le genre, se sont associées pour étudier la manière qu’avaient Grecs et Romains de « nommer » les femmes. Leur postulat de départ est doublement accablant. La tradition antique elle-même a largement privé les femmes de leur part du kléos (gloire, renommée) qui leur revenait. Dans leur introduction les auteures rappellent le constat effectué déjà en 2009 par J. Oulhen: dans la seule prosopographie attique, les femmes représentent un dixième seulement des noms enregistrés par le LGPN (Lexicon of Greek Personal Names). D’autre part, l’historiographie récente a assez mal traité la présence des femmes dans les sources. Alors qu’elles ont été oubliées, pas ou mal identifiées, ou encore, de manière caricaturale, assimilées presque systématiquement à des courtisanes, leur présence dans les sources et dans les sociétés grecques mérite pour le moins d’être réévaluée, grâce notamment aux outils intellectuels façonnés par plusieurs décennies de gender studies. […] lire la suite


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.