Genre des noms et contacts multi-culturels

Dans Parker 2013 (p. 1-2), Robert Parker souligne un des enjeux de l’histoire du genre dans le domaine de l’onomastique antique: « Where there are no other written sources, there are always names ; they allow abundant micro-historiens to be written, some convergent, some contrasting, both with one another and with dominant conceptions of major historical trends (…). Predictably It also has its importance for gender history: women were more likely than men, for instance, to retain indigeneous names in Greco-Roman Syria; the same phenomenon has been detected in Lycia, and may well have been more général. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search