Comment s’adresser à quelqu’un ?

Grâce à l’étude d’Eleanor Dickey (Greek Forms of Address. From Herodotus to Lucian, Oxford, 1996), nous apprenons que les auteurs classique désignent rarement les femmes par leur nom personnel, sauf Lucien. Nous apprenons aussi que, chez Hérodote et toujours en contexte d’adresse à une personne, les rois/chefs de cité sont rarement nommés par leur nom personnel, ce qui n’est pas le cas chez Xénophon . L’usage des diminutifs est très rare et presque réservé au Dialogue des Courtisanes de Lucien. Quant aux noms de parenté, qui renvoient aussi à des classes d’âge, leur usage dans un contexte d’adresse, est particulièrement intéressant: υἱέ est d’emploi très rare alors que θύγατερ est bien présent. Ce sont les termes παῖ et τέκνον qui l’emportent pour désigner des jeunes. Le premier indique davantage une valeur d’âge, parfois le statut servile et, au singulier, toujours un garçon (ce qui n’est pas le cas du pluriel qui peut renvoyer à un groupe mixte). Le second indique une valeur de filiation, qui est beaucoup plus neutre du point de vue du genre il peut être employé pour une fille.



Citer ce billet
Violaine Sebillotte (2020, 13 mars). Comment s’adresser à quelqu’un ? EURYKLEIA. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/om6y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search