Quelle agentivité pour les femmes à Chypre à l’époque hellénistique?

La thèse d’Anaïs Michel sur Chypre à l’épreuve de la domination lagide, apporte un précieux éclairage sur l’agentivité des femmes dans l’espace public à l’époque hellénistique: « Sur les 118 femmes (sont exclues de cette somme les reines et princesses lagides) mentionnées dans les inscriptions considérées, 69 apparaissent dans des textes de nature honorifique. Sur les 69 textes considérés, on constate avec intérêt l’équilibre relatif entre les hommages émis par des femmes (49%) et ceux dont elles sont bénéficiaires (51%). Nous remarquons que sur les 28 dédicaces émises par des femmes, 16 ont pour unique dédicante une femme – la dédicante étant dans les autres cas accompagnée d’au moins un parent ou d’un autre dédicant. Lorsqu’elles reçoivent des honneurs, les femmes sont rarement seules. Le plus souvent, elles sont honorées aux côtés de leur époux. Notons que lorsque les personnes honorées sont des femmes seules, le motif de l’attribution de l’hommage n’est jamais explicitement mentionné. Les filles de dignitaires sont honorées, le cas échéant, à part égale aux côtés de leurs frères. ». Anaïs Michel le signale plus loin, la nature des bienfaits à l’égard des dédicants des honneurs est rarement précisée pour tous, la règle valant donc aussi bien pour les hommes, stratèges inclus. A. Michel indique notamment l’intérêt de la dédicace en l’honneur de Zeuxô, épouse du stratège Polykratès, qui a été consacrée dans le sanctuaire de Palaepaphos par l’Alexandrine Stratonikè entre 203 et 197, ainsi que la présence de plusieurs dédicaces émanant de mères et de grand-mères qui consacraient les statues de leurs enfants et petits-enfants, à Paphos ou Idalion par exemple. Elle conclut son étude en soulignant que des « femmes sont parfois les bénéficiaires exclusives des honneurs », « parfois les dédicantes exclusives des honneurs », qu’elles ne sont « pas toujours présentées en fonction de leur position au sein d’un groupe organisé, qu’il s’agisse de la famille ou d’autres cercles sociaux » et qu’elles ne « sont pas non plus systématiquement situées dans leur rapport à des individus masculins, père ou époux ». Voir: Anaïs Michel, Chypre à l’épreuve de la domination lagide: recherches épigraphiques sur la société et les institutions chypriotes à l’époque hellénistique, thèse inédite soutenue le 14/12/2017 à Aix-Marseille Université (en cours de publication), p. 163-166.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search