Où joue le genre ?

 

Réunir les données sur les noms des femmes n’a pas pour unique but de démontrer que les femmes étaient bien plus visibles qu’on ne l’a dit. Même si cet aspect est important dans une historiographie qui a surtout valorisé les données issues de la pratique des assemblées et des tribunaux (qui ont pour règle de ne pas nommer les femmes, Schaps 1977), il s’agit pour nous de mettre au jour les diverses appréciations de la différence des sexes dans les sociétés antiques en faisant jouer le paramètre de la diversité des contextes d’apparition de leur nom. Qu’est-ce qui construit l’invisibilité et la visibilité des femmes ? Quelles sont les pratiques qui rendent les femmes invisibles, quelles sont celles qui les rendent visibles? En quittant la problématique trop globale de « la domination masculine », l’enquête choisit de mettre l’accent sur le lien entre pratique discursive et enregistrement du nom : l’interdiction pour une femme d’accéder au tribunal implique l’invisibilité des plaignantes et témoins ; la nécessité (relative) de garantir un acte de vente implique la visibilité de celles qui interviennent en tant que propriétaires ou locataires. Autrement dit, au lieu de se servir de la catégorie de documents dominante – les textes issus de la transmission manuscrite qui concernent les activités des assemblées politiques et des tribunaux, la seule façon de produire une analyse convaincante consiste à comparer les différentes pratiques discursives pour analyser la manière avec laquelle ces pratiques influent sur l’enregistrement du nom et la perception de l’individu, la manière avec laquelle le genre intervient dans les pratiques sociales dont ces pratiques discursives témoignent et comment il interagit avec tous les déterminants sociaux (âge, richesse, statut politique ou social, origine géographique et culturelle, etc)..

Le genre comme questionnement, traverse ainsi l’ensemble de notre enquête. Utilisé comme catégorie d’analyse, le genre est l’outil qui permet de poser la question apparemment très simple : qu’est-ce que les Anciens faisaient avec ce que nous appelons la différence des sexes ? Jusqu’à quel point lui accordaient-il de l’importance ? Jusqu’à quel point l’ignoraient-il ? Dans quels contextes était-elle pertinente à leurs yeux?

C’est en étudiant de près les cas particuliers documentés par les sources de la pratique (car même les textes dits « littéraires » sont des sources issues d’une pratique particulière) que nous entendons examiner l’articulation entre les diverses formes de différenciations sociales : différence de sexe, différence de statut, différence de richesse, différence de culture, etc., ce que les sociologues englobent sous le terme d’intersectionalité (Bereni 2010).

Ce catalogue permettra à la communauté scientifique de disposer d’une vue d’ensemble sur la question des femmes dans les cités grecques et lui fournira l’outil statistique nécessaire à une étude des femmes et du genre dénuée d’a priori historiographiques et, surtout, intégrant le critère des pratiques sociales dans lequel le nom apparait. Il permettra, en fournissant un outil de comparaison par rapport à ce que l’on sait des hommes mais aussi par rapport à ce qu’on sait d’autres femmes, d’évaluer la pertinence de la différence des sexes dans l’Antiquité grecque sans faire jouer, comme trop souvent, l’argument de l’exceptionnel. Il permettra de mieux saisir la complexité des relations sociales.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *