Timokritê, une prêtresse athénienne nommée à la manière d’un citoyen. Un décret analysé par Marie Augier (Clio FGH 45/2017)

La revue Clio. Femmes, Genre, Histoire présente un riche dossier intitulé « Le nom des femmes » qui réunit cinq articles portant sur la question de la nomination des femmes, choix des prénoms, politiques du nom de famille, etc., de  l’Antiquité à aujourd’hui (éditrices, Agnès Fine et Christiane Klapisch-Zuber). Marie Augier (Augier 2017) y présente le cas des prêtresses dont, en Grèce ancienne, les noms sont publiquement inscrits sur pierre, en général dans le cadre de décrets honorifiques pris par l’ensemble de la communauté politique. On y trouvera en particulier celui de la prêtresse Timokritê, grâce à une inscription trouvée in situ dans le sanctuaire d’Aglauros d’Athènes et datée entre 247 et 245 avant J.-C.  L’inscription porte un décret de l’Assemblée et du Peuple d’Athènes pour honorer publiquement celle qui fut prêtresse d’Aglauros, un an durant. Timokritê est désignée par son nom personnel, son patronyme et son démotique, sans mention du nom de son époux. Elle est donc désignée avec le même formulaire que celui qui est utilisé pour les citoyens mâles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *