Les 4/7ème des affranchis du théâtre de Butrint sont des affranchies (Cabanes 1974)

Pierre Cabanes analysait, en 1972, les inscriptions couvrant le mur du théâtre de Butrint (Albanie du Sud) découvertes entre 1928 et 1932 et dont une première publication remonte à 1966 (Studime Historike, 1966, fasc.2, p. 143-191 par K. Bozhori et D. Budina). Celles-ci ont été rédigées entre la fin du IIIe et le début du IIe siècle avant notre ère, sur au moins 29 ans. Elles mentionnent, dans 31 actes, au moins 403 affranchissements d’esclaves (certains noms ont été effacés par le temps et l’usure de la pierre).

« La répartition des esclaves par sexe est plus facile à observer, bien que nombre de noms puissent être indifféremment masculins ou féminins, ce qui oblige à les laisser de côté dans cette comparaison entre les deux sexes. M. Guarducci et K. Bozhori et D. Budina à sa suite estimaient que, sur les 400 affranchis, la moitié était des femmes ; en réalité, la balance paraît pencher vraiment du côté féminin : sur les 365 esclaves dont le nom ne prêt pas à confusion, 206 sont des femmes et 159 seulement sont des hommes, soit les quatre septièmes du sexe féminin. Cette proportion a de quoi surprendre vivement et oblige à s’interroger tant sur les raisons de ces affranchissements que sur les activités de ces esclaves, comme nous le verrons à la fin de cette étude. On doit remarquer aussi que le pourcentage d’éléments féminins et masculins est relativement stable d’une année à l’autre, si l’on excepte naturellement les années où les affranchissements sont accordés avec beaucoup de parcimonie. »

Pierre Cabanes, « Les inscriptions du théâtre de Bouthrôtos », dans Actes du colloque 1972 sur l’esclavage, Annales littéraires de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1974, p. 105-208, ici p.190.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *