Une base numérique pour la prosopographie de la République romaine (DPRR). Par Claudia Beltrão – UNIRIO

La recherche sur l’antiquité est en pleine mutation et la technologie numérique a joué un rôle important dans ce processus. L’accroissement de son utilisation a permis de créer des environnements virtuels et des outils pour produire, traiter et interagir avec des données et des connaissances qui sont souvent nées « numériques ». Un des problèmes actuels est d’assurer l’indexation et l’interopérabilité entre ces différents outils.
Une des difficultés de la recherche concernant la nomination des femmes de la République romaine est l’absence d’un outil similaire au LGPN. La traditionnelle Prosopographia Imperii Romani (PIR), le plus ancien projet prosopographique et qui existe en déclinaison numérique, se concentre sur les viri notabiles entre Auguste et Dioclétien. Comme presque toutes les prosopographies concernant l’Empire romain, la PIR prend majoritairement en considération des inscriptions épigraphiques en latin et en grec. Les monnaies, les textes de la tradition manuscrite et les papyrus sont convoqués sur une plus petite échelle. Par ailleurs, la PIR est organisée comme un fichier prosopographique simple et n’est pas associée à une base de données relationnelle.
Bien sûr, des prosopographies existent pour les périodes antérieures à Auguste, la plupart étant imprimées et certaines excellentes. Mais, en général, ces entreprises sont organisées selon des fonctions ou professions, telles que Broughton & Robert (The Magistrates of the Roman Republic, 1951), Nicolet (L’ordre équestre à l’époque républicaine, 1966-1971) et Rüpke (Fasti Sacerdotum, 2005). La future publication de la base Digitising the Prosopography of the Roman Republic (DPRR) comblera donc bien des attentes des classicistes. Le projet, basé au King’s College de Londres et dirigé par Henrik Mouritsen, se fonde sur plusieurs prosopographies existantes ainsi que sur la Paulys Real-Encyclopäedie (RE, Wikisource Open Access). En combinant les données sur l’identité sociale et historique des individus actuellement fournies par ces ressources, le DPRR vise à fournir une base de données numérique avec des URI stables qui croisera des données à grande échelle, conformément aux recommandations du Standards for Networking Ancient Prosopographies (SNAP:DRGN) et du Linked Ancient World Data Institute (LAWDI). Ainsi, le DPRR se positionne avec un formidable potentiel qui permettra la révision d’anciennes certitudes et l’émergence de nouvelles questions.
La prosopographie est une contribution très utile à l’étude de sociétés, particulièrement celle de la Rome républicaine, où la visibilité des personnes de sexe féminin reste faible. Les études de genre ont, d’une certaine manière, accru l’intérêt pour les études prosopographiques. Le DPRR, en élargissant les possibilités d’analyse des noms et des identités sociales, sera probablement un outil très utile pour l’étude des dynamiques sociales dans la République romaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *