Glykera, une Athénienne (trop) sexuellement active

Dans un récent article (« Five curse tablets from the Athenian Kerameikos », ZPE 199, 2016, p. 109-118), J. Curbera revisite la tablette de malédiction IB25 = I 513 trouvée sur la pente sud de l’Acropole (Eckterrasse), dans une grande fosse creusée entre 317 et 307 BCE. La tablette de plomb qui avait été pliée une fois n’a pas été percée par un clou.

Les tablettes du Céramique (au nombre de 30) incluent les plus anciennes de l’Attique et sont les plus riches en information prosopographique (voir Jordan 1988 : « New Archaeological evidence for the practice of Magic in Classical Athens », Praktika tou XII dethn, vol.4 273-277).

Sur la tablette I 513, une malédiction est lancée par un individu dont on ignore le sexe, contre Glykera, nouvelle épouse de Dion. C’est la vulve de la victime qui est l’objet de la malédiction pour cette femme qui semble sexuellement trop active et dont, selon Curbera, le souhait du rédacteur serait de voir le mariage invalidé.

Texte (voir Curbera 2016) :

Γλυκέραν τὴ(ν) Δίωνος γυναῖκα κατωδομεν πρὸς τοὺς χθονίους ὅπως τιμωρηθεῖ[[σα]] καὶ ἀτελὴς γάμος ἦι καταδέω Γλυκέραν Δίωνος [πρ]ὸς τὸν Ἑρμῆν ἐρεούνιον τὸν χθόνιον. τὸν κῦσον αὐτῆς, τὴν α[ὐ]θάδεαν, τὴν ἀσώτεαν [κ]αὶ πά(ν)τα τῆς ἁμαρτησά[σα]σης Γλυκέρας.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *