Des pensions alimentaires versées par des femmes?

L’édition récente, dirigée par Marie-Pierre Chaufray et Stéphanie Wackenier, de fragments de papyrus portant des textes en démotique (Papyrus de la Sorbonne (P. Sorb. IV) n° 145-16, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2016) apporte des éléments intéressants sur des femmes de l’Egypte hellénistique.

Des mères sont citées en tant que telles, selon une pratique courante : Shemti, mère du paysan Hôros fils de Komoapis (P. Sorb. IV, 146), Nakhtèsis, mère d’Hôros, paysan serviteur de Souchos et fils d’Imouthès  (P. Sorb. IV, n°147); Tithyris mère de Ta-, Tetosiris, mère  de Téôs (P. Sorb. IV, n° 156), etc.

Simarion, fille d’Isokratès et canéphore devant Arsinoé Philadelphe apparaît  dans un contrat de bail (P. Sorb. IV, n°146)

Tapiomis fille de Hôros (et dont la mère est Tasis) est engagée dans un contrat de prêt d’argent, comme Eserempis, fille d’Ameneus (dont la mère est Ta-..,), comme Rempnôphris et  comme Terous.

Selon l’éditrice du papyrus (P. Sorb. IV, n°156), Déborah Vignot-Kott, « la mention de contrats de rations ordonnés par des femmes dans le 156a pose problème. En effet, ces contrats sont généralement considérés comme des formes de pensions alimentaires versées chaque mois à une femme par son époux. Cette interprétation n’est plus valable dès lors que le commanditaire du contrat est une femme (l.13). De même, la mention d’une petite somme mensuelle accompagnant un tel contrat (l.14) est inhabituelle. Fr. de Cernival supposait que cette somme pouvait servir à couvrir les menues dépenses comme dans le cas des contrats de nourrice. Ces contrats d’annuité doivent donc peut-être être considérés comme des Verpfründungsverträge (note de VSC: contrats de gage), au même titre que le document – sh de la ligne 15. » Papyrus de la Sorbonne (P. Sorb. IV) n° 145-160, p. 70.

32 femmes sont nommées dans une liste uniquement féminine (une association religieuse?): P. Sorb. IV, 158 et des noms de femmes associés à des fonctions telles que ‘la récitante d’Arsinoé », ‘La chef de troupe de Souchos », « la nourrice de la chatte », « la supérieure du faucon femelle » sot cités dans une liste comptable (P. Sorb. IV, 159)

 

Pour information: tous les noms égyptiens connus par des transcriptions en grec sont transcrits en grec dans la traduction française, comme il est d’usage dans la communauté scientifique. Pour les autres, la transcription est celle du démotique.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *