Femmes et monnayages de l’Antiquité : Philistis perdue dans le Sylloge Nummorum Graecorum / Mulheres e cunhagem na Antiguidade

(Billet rédigé par Sandra Péré-Noguès) Mise en ligne depuis plusieurs années (pour le plus grand plaisir des spécialistes et amateurs de numismatique antique), la base de données du Sylloge Nummorum Graecorum – SNG – offre une première porte d’accès à un ensemble de données sans équivalent jusqu’à présent. Elle est consultable sur ce lien : http://www.sylloge-nummorum-graecorum.org/
Malgré tout, la consultation s’avère éminemment complexe dès lors que l’on recherche des monnayages où des femmes apparaissent, tout particulièrement des femmes grecques. Une des raisons réside dans le système de référencement des monnayages antiques, dont le principe, hérité des vieux corpora, a consacré la pratique de classer les monnayages par règne (à partir de la période hellénistique), sans tenir compte des reines qui pouvaient parfois figurer sur certains exemplaires sous forme de portraits individuels ou bien associés à leurs époux. Ainsi est-il difficile de se retrouver dans les monnayages d’une Cléopâtre ou d’une Bérénice dont, au mieux, est donné le rang dans la dynastie.
Sur une petite vingtaine de noms féminins présents dans la liste des « rulers », la plupart renvoient aux impératrices romaines, et peu font référence à des noms de souveraines hellénistiques. Les débusquer relève donc d’une véritable gageure comme le montre l’exemple de Philistis, épouse de Hiéron II (308-215) et reine de Syracuse. Inutile de la chercher sous ce nom dans la longue liste des « rulers », car elle n’y figure pas. Elle apparait en revanche, si l’on s’essaye à une recherche générale par son nom « Philistis ». Dix-neuf exemplaires sont alors présentés, provenant de huit collections publiques ou privées différentes. Sur chaque exemplaire elle est figurée seule au droit toujours voilée et ceinte d’un diadème, l’image étant accompagnée sur le revers d’une légende rendant compte de sa propre identité : ΒΑΣΙΛΙΣΣΑΣ ΦΙΛΙΣΤΙΔΟΣ.
Peu de numismates ont porté attention à des types iconographiques qui représentaient des femmes, alors qu’ils ont accordé plus d’intérêt aux déesses qui, sont, il est vrai, plus largement figurées (voir F. de Callataÿ, « La femme et la monnaie », dans La Grèce antique et les femmes. Hélène, Aphrodite, Aspasie et les autres. Catalogue d’exposition sous la direction de P. Marchetti (exposition à l’abbaye Saint-Gérard de Brogne, 8 mai-7novembre 2004), 2004, p. 44-50). Or, le fait même que certaines femmes aient occupé un tel espace dans l’iconographie monétaire et qu’elles aient été désignées par leur propre légende témoigne sans aucun doute d’une autre réalité à la fois de leur place dans les cercles du pouvoir politique, et de leurs propres relations à ce pouvoir. Il faudra encore faire pas mal d’efforts pour voir émerger ces figures féminines à travers un médium, où images et légendes jouent à jeu égal aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Le chantier est ouvert ….

Sandra Péré-Noguès

Mulheres e cunhagem na Antiguidade: Filiste perdida no Sylloge Nummorum Graecorum

Post escrito por Sandra Péré-Noguès. Disponível online há vários anos (para o deleite de estudiosos especialistas e amadores de numismática antiga), a base de dados do Sylloge Nummorum Graecorum – SNG – oferece uma primeira porta de entrada para um conjunto de informações até agora indisponíveis. Ela está disponível neste link: http://www.sylloge-nummorum-graecorum.org/

No entanto, a consulta é altamente complexa quando buscamos cunhagens em que mulheres aparecem, especialmente as mulheres gregas. Uma das razões reside no sistema de referências das cunhagens antigas que, a princípio, herdou dos antigos corpora, a prática de classificar as moedas pelo reino (a partir do período helenístico), independente das rainhas que poderiam constar em alguns exemplares sob a forma de efígies individuais ou associadas a seus esposos. Assim, é difícil recuperar as cunhagens contendo Cleópatra ou Berenice as quais, no melhor dos casos, estão classificadas sob a categoria da dinastia.

Em uma pequena lista de vinte nomes femininos presentes na lista de “governantes”, a maior parte se refere às imperatrizes romanas, e poucos fazem referência aos nomes de soberanas helenísticas. A sua descoberta é, portanto, um verdadeiro desafio, como mostra o exemplo de Filiste, esposa de Hierão II (308-215) e o reino de Siracusa. É inútil procurar seu nome na longa lista de “governantes”, porque ele não está lá. O nome aparece, por outro lado, se tentarmos uma pesquisa geral pelo nome “Philistis”. Dezenove exemplares são apresentados, provenientes de oito diferentes coleções públicas e privadas. Em cada exemplar ela está retratada à direita, sempre com o véu circundado por uma tiara, sendo acompanhada no reverso por uma legenda que fornece a sua própria identidade: ΒΑΣΙΛΙΣΣΑΣ ΦΙΛΙΣΤΙΔΟΣ.

Os numismatas dão pouca atenção aos tipos iconográficos que representam as mulheres, pois devotam mais interesse às deusas que são, é verdade, representadas mais frequentemente (ver F. de Callataÿ, « La femme et la monnaie » [“A mulher e a moeda”], em La Grèce antique et les femmes. Hélène, Aphrodite, Aspasie et les autres [A Grécia Antiga e as mulheres. Helena, Afrodite, Aspásia e as outras]. Catálogo da exposição sob a direção de Marchetti (exposição na abadia Saint-Gérard de Brogne, 8 de maio a 7 de novembro de 2004). Mas o próprio fato de que algumas mulheres têm ocupado um espaço na iconografia monetária e que elas foram designadas por uma legenda, testemunha, sem dúvida, uma outra realidade, tanto de seu lugar nos círculos de poder político, quanto de suas próprias relações com esse poder. Ainda será feito um grande esforço para ver emergir estas figuras femininas que surgem através de um meio onde as imagens e as legendas jogam um jogo com regras iguais, tanto para os homens, quanto para as mulheres. O campo está aberto…

Sandra Péré-Noguès


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *