Les femmes nommées… toutes des prostituées ?

 

 

Décidément, l’idée selon laquelle les femmes grecques dont le nom a été conservé par écrit sont forcément des courtisanes a la vie dure… On peut en effet lire dans un ouvrage consacré aux inscriptions gravées ou peintes sur les vases : « An ancient Greek woman recorded on a jar for pouring liquid, for instance wine, in a fervent statement of her beauty is a priori likely to be a hetaera » (Wachter  2001, p. 223). L’auteur commente en fait une inscription conservée sur un vase rhodien (New York, MMA 06.1116), qui fait référence à une femme en vantant sa beauté et la nomme « celle qui vient de Brasos ». L’auteur ajoute ensuite : “If a woman on Rhodes is called after a local place in the countryside, this name is likely to be a nickname and the person fairly well known, which supports the interpretation as a hetaera.” Il rapproche alors l’inscription en question d’un autre graffiti rhodien, conservé sur une coupe, qui proclame : « Je suis la coupe bariolée de la belle Philtô », sous-entendant ainsi que Philtô est forcément elle aussi une hétaïre…

Les principaux présupposés qui sous-tendent le raisonnement de l’auteur sont les suivants :

-une femme dont on écrit le nom sur un vase utilisé pour le banquet est une courtisane.

-une femme dont on vante la beauté est une courtisane (chose qu’on ne dirait pas pour un homme qualifié de « kalos » sur un vase !)

-une femme renommée a toutes les chances d’être une courtisane.

L’établissement de la base Eurykleia vise précisément à éviter ce type de biais qui oriente trop souvent l’analyse des sources antiques et fausse ainsi notre compréhension du rôle actif joué par les femmes dans la société… Non, le nom ne fait pas l’hétaïre !

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *