La gloire de Suèris et la situation « des femmes grecques »

Dans un article sur les femmes au service des dieux (Georgoudi 2005), Stella Georgoudi souligne que, dans un sanctuaire,  les fonctions dites auxiliaires ne manquent pas de valeur. « En témoignent les paroles de la vieille Suèris, qui fut diakonos d’une prêtresse d’Athéna Polias, dans l’Athènes du IIIe siècle avant notre ère. Dans l’inscription gravée sur la base de sa statue honorifique, Suèris dit toute sa fierté d’avoir servi la « Pallas pure », puisque la « peine » qu’elle s’est donnée n’était pas « sans gloire » (ponon ouk aklea). Sans doute, ce qui compte le plus dans ce cas, ce n’est pas d’avoir aidé la grande prêtresse d’Athénes, mais de l’avoir fait pour la déesse tutélaire. » (p. 74-75)

« Avant de discuter de la situation des femmes grecques, il vaudrait mieux reconsidérer la question en prenant également en compte le statut sacerdotal et, plus généralement, celui des différents agents féminins dans le domaine cultuel. Car il faut reconnaitre que ces statuts particuliers de femmes constituent un facteur de réduction, voire parfois un facteur de quasi effacement des inégalités entre les sexes, dans certains cas ponctuel ou pour certains faits et gestes. A ce propos, on a soutenu qu’un service comme celui d’une prêtresse publique « convertissait » une femme en « mâle » pendant l’exercice des tâches requises pendant cette fonction. Je ne crois pas cependant qu’on ait affaire à la transformation d’une femme en homme, le temps d’un service public. On peut penser que servir les dieux, pour le bien de la cité, confère à une femme, comme à un homme, des droits et des devoirs particuliers qui, étant inhérents à la fonction, vont au-delà du statut des simples citoyens et citoyennes. La prêtresse n’est pas devenue un « mâle », c’est en tant que femme qu’elle accède à certaines responsabilités religieuses et civiques, qui la différencient, non seulement des autres femmes, mais aussi des hommes ordinaires. » (p. 77)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *