Corpus

Sources de la tradition manuscrite, grecques ou latines de toutes périodes (au moins jusqu’à l’époque byzantine) ; épigraphie dont inscriptions sur vases, décrets honorifiques, actes de vente, défixions, épitaphes et dédicaces. Le choix d’englober le IIIe siècle se justifie par le souci d’intégrer et de comparer des sources de nature différente (l’épigraphie se développe à partir du IVe siècle). Suivant les corpus, la date butoir de l’analyse sera modifiable. Les actes d’affranchissement montrent, par exemple, un grand nombre de femmes qui sont désignées par leur nom, qu’elles affranchissent ou qu’elles soient affranchies.

Nous nous en tiendrons, en ce cas, au corpus de Grèce centrale et occidentale qui commence le plus tôt tout en sachant que les actes de Delphes, qui apparaissent à partir de 200 avant notre ère, fournissent une masse de données considérable sur la pratique de l’affranchissement en tant que telle. L’objectif est d’analyser la place des femmes dans les périodes archaïque et classique, non telle ou telle pratique particulière.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *