Des dénominations selon le genre: le contexte gréco/indigène

Selon Dan Dana et Madalina Dana (Dana/Dana 2013: 291), le contexte gréco/indigène montre une variabilité des dénominations selon le genre. Cette variabilité est liée à des stratégies de présence dans « l’espace public »: « Sur les épitaphes, le nom Ἕλλην est porté par au moins huit des pères de femme d’Odessos qui, elles, avaient majoritairement une onomastique indigène. Dans la même cité, le taux des noms indigènes est beaucoup plus élevé parmi les femmes que parmi les hommes, dans une très riche série d’épitaphes, caractérisées par la formule: « Untel fils d’Untel et sa femme, Une telle fille d’Untel », au moins 3/4 des noms de femmes sont indigènes, presque toujours avec un patronyme grec. Leurs époux portent en revanche, en majorité, un nom et un patronyme grecs. Deux possibilités sont envisageables: soit le nom grec était donné à la naissance, soit il remplaçait, le plus souvent, le nom indigène ou s’y ajoutait (d’où la formule ὁ καὶ) au nom indigène. Tout au plus, la présence de patronymes grecs ou d’autres parents avec des noms grecs dans la même famille n’est pas l’indice d’un mélange démographique, mais plutôt d’une intégration qui n’est pas récente. (…) On ne peut pas s’empêcher d’invoquer le cas de l’Egypte gréco-romaine: J. Bingen [Bingen 1991] avait souligné une habitude similaire de la « classe gymnasiale » (οἱ ἀπὸ γυμνασίου) égyptienne, par exemple à Hermopolis et à Léontopolis; s’il note l’évidente rareté des noms égyptiens pour les hommes (beaucoup plus présents dans l’espace public) il remarque leur très grande fréquence pour les femmes. cette même dichotomie en ce qui concerne les sexes entre noms grecs et noms indigènes concerne la Syrie. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *