Les femmes désiraient-elles que leurs noms soient retenus par la postérité? Une réponse négative et contrastive, … en 1979

En 1979, David M. Schaps introduit son ouvrage intitulé Economic Rights of Women in Ancient Greece (Edinburgh) en soulignant le biais produit par les textes issus de pratiques politiques et judiciaires, la documentation traditionnelle de l’historien de l’Antiquité (et pas uniquement) : « The literature through which we study history was written largely (and for Greece overwhelmingly) by men. Lastly, the desire to perpetuate the memory of the past, and the corresponding desire to have one’s own memory perpetuated, has tended in the past to characterize men more than women. Women, engaged largely (though never exclusively) in the production and training of the next generation, seem to have been less anxious lest their children forget them. They do not seem to have felt the need to have their own names and deeds inscribed in public spaces, or remembered by the entire populace, though they may have nurtured such hopes for their sons. »  p. 1

La question reste ici posée en termes d’opposition hommes/femmes et non en termes de productions discursives, lesquelles suivent des règles de nomination des individus qui leur sont spécifiques comme le montre par exemple l’épigraphie  – religieuse, funéraire, économique – dont la place dans les études historiques s’est considérablement renforcée à la fin du XXe siècle et au XXIe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *