Des statistiques ou comment gommer les effets de source

En utilisant les LGPN (Fraser 1987- en l’occurrence le LGPN II édité par Osborne M.J. et Byrne S.G. en 1994) comme source documentaire, Jacques Oulhen (Oulhen 2009, p. 112 note 6) dresse un constat statistique qui vient confirmer l’invisibilité des femmes, à Athènes. On soulignera cependant que l’absence de pointage des contextes de citation des noms de femmes (et d’hommes) gomme les effets de source que le catalogue Eurykléia voudrait, en revanche, mettre en lumière:
« Toute période confondue, on connait à Athènes 5 691 femmes (pour 1 890 noms différents) contre 56 618 hommes (pour 6 423 noms différents): soit un rapport de 1/10. Si l’on s’en tient aux seuls individus porteurs de noms composés, les chiffres que nous avons obtenus sont les suivants: 26 035 hommes ont porté des noms composés (pour 2 047 noms), contre 2 060 femmes (pour 511 noms): soit un rapport de 1/12,5 environ, mais cette disparité est légèrement moindre au IVe siècle: 8 457 hommes ont porté des noms composés (pour 1 335 noms), contre 1 065 femmes (pour 329 noms): 1/8. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *