Les noms de femmes chez Demosthène: respect, pudeur, exceptions (selon M. Sartre)

Dans un article consacré aux « femmes dans la cité », Maurice Sartre décrit la manière dont, selon lui, les Athéniens parlent des femmes (je souligne): « .. l’idéal demeure que les femmes « honnêtes » se montrent le moins possible en public et, lorsqu’elles doivent sortir, le fassent la tête couverte et en compagnie d’une servante. Cet idéal de discrétion va jusqu’à l’ignorance du nom des femmes en dehors de la famille: pour Démosthène, les femmes honnêtes sont celles dont on ne sait pas le nom. Il est assez remarquable que dans l’ensemble du corpus de Démosthène (ou qui lui sont attribués) apparaissent les noms de plus de 500 hommes contre seulement 27 femmes; or, sur ce nombre, 14 sont des prostituées!

Mais cet idéal de  discrétion ne peut être atteint par toutes, loin de là. Dans les milieux modestes, la femme travaille souvent aux côtés de son mari, qu’elle l’aide aux champs ou qu’elle soit marchande à l’agora. On connait le cas de la mère de l’orateur Eschine, qui était marchande de quatre-saisons, ce qui lui vaut les railleries de Démosthène, prompt à faire flèche de tout bois contre son adversaire. Mais dans un plaidoyer conservé sous le nom de Démosthène (contre Euboulidès), prononcé lors d’un procès en citoyenneté, l’orateur défend avec ardeur la mère de son client, une veuve, en expliquant que la nécessité seule l’a contrainte à se louer comme nourrice avant de vendre des rubans; mais par respect pour elle, l’orateur évite autant que possible de citer son nom et ce n’est que dans les dernières phrases du plaidoyer que son nom apparaît (Nikarétè) alors qu’il est question d’elle depuis le début. On voit par là que l’idéal de réserve s’impose et que, pour la femme qui s’expose en public, selon les besoins de  la cause, l’orateur en tirera soit la preuve de sa bassesse, soit au contraire celle de son courage dans l’adversité. J’ai peine à croire que cela puisse passer pour preuve que la femme athénienne bénéficie d’un statut favorable, lui laissant une certaine liberté d’agir! Même Aspasie ne doit pas faire illusion: étrangère (elle est milésienne), maîtresse d’un citoyen, peut-être ancienne prostituée et tenancière de maison close, elle ne représente en rien une Athénienne ordinaire, et vit de toute façon en marge. » (« Prière d’Hippolyte à zeus ou Les femmes dans la cité », Histoires grecques, Paris, Editions du Seuil, 2006, p. 125-135, citation p. 128-129).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *