Se méfier des « noms de femme » (comme des « noms d’esclaves »)

Louis Robert dans les Actes du VIIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine tenu à Constantza en 1977, et publié en 1979, met en garde contre deux catégories d’anthroponymes, noms de femmes et noms d’esclaves (Louis Robert, « L’onomastique grecque » (1979), repris dans Choix d’écrits, D. Rousset et Ph. Gauthier (éd.), Paris, Les Belles Lettres 2007, p. 145-156, notamment p. 151 :

« Les auteurs grecs ont donné des séries de noms féminins quand ils ont écrit l’histoire des courtisanes ou qu’ils ont rédigé des lettres entre personnes de ce monde (Athénée, Alciphron, Aristénète). Même dans les mentions épisodiques de femmes, il s’agissait chez eux, le plus souvent de parler des maîtresses ou des concubines des grands ou des célébrités de ce monde. La comédie fournissait sa contribution en ce domaine, et puis encore les épigrammes amoureuses ou érotiques. Ce sont les inscriptions (en Egypte les papyrus) qui ont apporté, successivement et massivement, la matière de l’onomastique des femmes dans la vie quotidienne, femmes de toutes les classes : épitaphes, listes, inventaires d’offrandes, souscriptions publiques aussi et inscriptions honorifiques. Or, beaucoup de noms de femmes avaient déjà été classés comme noms de courtisanes. Parce qu’une Chélidôn avait été la maîtresse de Verrès, les filles appelées par leurs parents du nom gracieux « Hirondelle » ont été suspectées de galanterie. On en est arrivé à l’aventure de la « Sogenannte Hetaereninschrift von Paros », liste de contributions féminines dans un sanctuaire d’Aphrodite. C’est en 1898 que Wilhem a dû démontrer qu’il s’agissait – inscriptions de Paros à l’appui – d’épouses et de mères de famille. Mais il y a toujours et toujours à lutter contre la vieille tradition philologique périmée. Bechtel fut influencé par elle, dans ses « Noms de femmes athéniennes » et ailleurs ; tant de femmes dans les épitaphes ont été déclarées péremptoirement « Hetäre oder Sklavin », « Sklavin oder Hetäre ». Les lexicographes contribuaient à ce contresens. Car, pour bien des mots qui se retrouvent dans l’onomastique, ils notent qu’ils sont employés aussi pour les organes sexuels de l’un ou l’autre sexe ; c’est le « Nebensinn » souvent allégué par Bechtel. Mais tout le vocabulaire pourrait y passer ; car le vocabulaire familier du sexe est tentaculaire et ne laisse rien en dehors de ses comparaisons et identifications. Wilhem est de nouveau intervenu là dans son article de 1920 sur la grotte de Pan à Phylè et ses observations sont décisives »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *