Nommer, célébrer, décrire : à quoi sert un nom ?

François Lissarrague consacre quelques pages de son livre La cité des satyres. Une anthropologie ludique (Athènes VIe-IVe siècle avant J.-C.) éditions de l’EHESS 2013, à la fonction du nom inscrit sur vases (p. 39-49). Il dégage trois raisons expliquant la mention de noms de personnes sur les vases. Ces raisons peuvent aider à orienter l’analyse des noms de femmes puisque celles-ci ne sont pas traitées, a priori, comme une catégorie à part. Le nom peut ainsi :

Rappeler une culture en faisant office « d’embrayeur de mémoire » :
« La seule évocation d’un nom déclenche la mémoire d’un récit, suggère une série de données narratives qui tracent d’avance un parcours et produisent des attentes, liées à un savoir partagé. La poésie lyrique recourt fréquemment à ce mode, jouant des implications induites par un nom, associant plusieurs noms pour construire un réseau signifiant, sans s’attarder à raconter un à un les épisodes que ces noms évoquent. Ainsi par exemple la onzième Pythiques de Pindare évoque successivement Sémélé puis Ino, filles d’Harmonie, avant de s’arrêter sur Clytemnestre pour évoquer le jeune héros Oreste, associé au vainqueur à la course du stade à Delphes. On comprend combien le nom suffit, sans long détour narratif, si l’auditeur a lui-même la compétence culturelle pour saisir ce que contient le nom propre » (p. 39)

-Identifier un individu parmi ses semblables :
« Le nom propre sert, en Grèce comme dans bien des cultures, à individualiser un personnage, à le distinguer de ses congénères, à l’identifier parmi ses semblables. Souvent le nom propre peut être un nom « parlant » ; dans le monde grec archaïque il parle plus souvent de celui qui a donné un nom à son enfant que de cet enfant lui-même. Ainsi Télémaque, fils d’Ulysse, porte un nom qui signifie « celui qui combat au loin », et c’est précisément ce que fait Ulysse, de même que la jeune défunte Phrasikléia, « celle qui dit la gloire », fait honneur à son père. Parmi les noms parlants, beaucoup sont descriptifs et soulignent un aspect de la transmission qu’assure la filiation. » (p. 40)

Décrire une fonction, un comportement, une attitude :
« Les noms des satyres sont des noms parlants, mais ils n’entrent pas dans cette logique filiale car, chez les satyres, parenté et filiation sont quasi inexistants, dans la mesure où le monde des satyres ne se situe pas dans un cadre familial. Du coup, les satyres ont des noms plus directement descriptifs et qui s’appliquent sans médiation à ceux qui les portent. C’est précisément ce qui fait leur intérêt, car ces noms mettent l’accent sur différents traits physiques ou moraux, ou bien sur des formes d’action et ouvrent ainsi une première voie d’accès à cet univers fantaisiste. Les catégories définies par ces noms propres permettent de dresser une carte des domaines considérés, non par nous-mêmes mais par ceux qui les ont ainsi nommés. A travers ces noms se dessine un champ sémantique et se révèle ce à quoi font penser les satyres chez ceux qui les ont ainsi désignés. » (p ;40-41).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *