Une étape dans la constitution d’un réseau européen polycentré

Ce projet est le résultat de travaux collectifs qui nous ont réunis, de manière isolée parfois, avec des membres de l’équipe de Lausanne (Anne Bielman et Regula Frei-Stolba) avec les réseau des spécialistes de la médecine au Royaume-Uni et en Suisse (Helen King et Véronique Dasen), de l’histoire économique et sociale en Allemagne (Beate Wagner et Elke Hartman), de l’épigraphie classique aux Pays-Bas (Josine Blok), de la philologie et de la réception de l’Antiquité en Italie (Annalisa Paradiso), de l’imaginaire mythique en Espagne (Ana Iriarte) et bien sûr avec nos collègues du Centre Louis Gernet (Stella Georgoudi, Claudia Montepaone, Gabriella Pironti, Louise Bruit, Nathalie Ernoult ou Pauline Schmitt Pantel), de l’Université de Strasbourg (Sandra Boehringer, Marie Augier) et de l’Université de Toulouse II Le Mirail (Pascal Payen, Adeline Grand-Clément et Sandra Péré-Noguès). Nous avons déjà organisé une première rencontre en 2007 à Paris autour des questions posées par l’usage du concept de genre en histoire ancienne (Ernoult/Sebillotte 2007), puis une autre sur la postérité des thèses de Nicole Loraux dans le champ des sciences humaines et sociales en France et à l’étranger (Ernoult/Sebillotte 2011), et enfin nous avons réalisé plusieurs séminaires internationaux en résidence (en Bourgogne) sur la thématique du genre dans l’Antiquité grâce au soutien de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l’UMR ANHIMA (http://www.anhima.fr/spip.php?article478) puis de l’Institut Emilie du Châtelet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *