L’état de la question : de l’invisibilité des femmes à leur visibilité

En une quarantaine d’années des historiennes féministes engagées dans les mouvements de libération des femmes des années 1970 ont accompli, en relation avec des intellectuels et des citoyens engagés venus d’autres horizons, une véritable révolution historiographique [Bach 2001]. Portée en France par l’entreprise éditoriale de l’Histoire des femmes en Occident [Duby et Perrot (1990-1992) 2002], l’enjeu majeur de ces historiennes fut de dénoncer Les Silences de l’histoire [Perrot 1998] en mettant au jour les mécanismes qui ont produit, depuis l’enregistrement des faits jusqu’à la narration du passé si souvent centrée sur les seuls objets considérés dignes d’histoire (les institutions politiques et militaires en particulier), une histoire qui ne semblait se réaliser que par l’action des hommes. Les femmes du passé n’avaient tout simplement pas de nom, comme le soulignait le titre éloquent d’un article de Pauline Schmitt Pantel, « Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Ischomaque » [Schmitt Pantel 1994-1995, voir aussi Schaps 1977]. Les femmes dont on parle, disait-elle, n’ont de nom que celui de leur père ou de leur époux. Dressant un état des lieux des travaux en histoire (toutes périodes confondues), elle plaidait pour la pratique d’une « anthropologie historique de la différence des sexes » dans l’étude des sociétés antiques. La perspective ainsi esquissée était celle d’« un vaste chantier, encore très ouvert » qui consistait à « chercher à comprendre en quoi observer et penser la différence des sexes construit historiquement une société, celle des Anciens comme la nôtre » [Schmitt Pantel 1994-1995, 305].

Par ailleurs, après deux siècles d’études de textes issus de la transmission manuscrite (ce que l’on appelle de façon inexact les « sources littéraires »), les spécialistes de l’Antiquité se sont intéressés à des documents de nature archéologique qui avaient l’intérêt de provenir de différentes régions de la Méditerranée ancienne. Après avoir abondamment souligné et critiqué l’athénocentrisme de leurs prédecesseurs, les chercheurs et les chercheuses ont valorisé l’épigraphie et l’archéologie en privilégiant les inscriptions (épigraphie sur pierre, bronze, plomb ou céramique) et exceptionnellement (en Egypte en particulier) les papyrus. Des acteurs régionaux, des cités de moindre importance du point de vue des événements politico-militaires retenus par la tradition, des domaines d’activité réputés mineurs ou mal connus (cultes locaux, pratiques magiques, locations de terres, manumissions d’esclaves..) ont permis de mettre au jour des femmes agissant notamment dans le domaine politique (dynastes), dans le domaine économique (gestion des patrimoines) ou dans des domaines d’expression du soi (stèles funéraires, dédicaces d’offrandes dans les sanctuaires) (sur ces publications voir Boehringer/Sebillotte 2011). Des exemples d’héroïnes inconnues de la tradition manuscrite mais bénéficiant d’un culte local ont également été mis au jour (Larson 1994, Lyons 1997).

Bénéficiant d’un nouveau matériel et d’un nouveau regard, l’enjeu de l’entreprise Eurykleia consiste à repérer les noms des femmes et leur inscription individuelle dans les documents, afin de mesurer leur place dans la société. Des catalogues de « femmes » ont participé de tout temps de la représentation du passé. Ainsi, grâce à ces portraits, négatifs ou positifs, les sociétés qui les produisaient pouvait louer ou dénoncer des comportements par rapport auxquels elles semblaient en partie s’organiser. L’histoire antique ne fait pas exception si l’on considère les traités de Plutarque (ainsi Conduites méritoires des femmes) et les traités anonymes si populaires dès l’époque hellénistique (ainsi Gera 1997). Rappelons que cette tradition autour des femmes de renom remonte au Catalogue des femmes attribué par les anciens à Hésiode (voir Hunter 2005, Most 2007).

Cependant, compte tenu des conclusions issues des études épigraphiques ou archéologiques concernant les époques postérieures et après une lecture attentive des sources relatives aux périodes archaïque et classique, il apparaît que les mentions de femmes ne se limitent pas à ces « catalogues », exemples « exceptionnels » de vertu ou de démesure, mais que les femmes laissèrent traces de leurs noms dans tous les événements qui constituaient la vie sociale dans l’Antiquité. L’objectif d’Eurykleia, loin de se limiter aux femmes « célèbres », est de recenser toutes les mentions de femmes nommées dans les différents documents à la disposition des historien.nes sans souci de leur statut ou de leur renommée. Les femmes « nommées » ne représentent pas un groupe homogène car la question de la nomination des femmes dépasse celle de la célébration des femmes (les renommées). La base Eurykleia s’intéresse à toutes celles qui ont laissé, par le biais de tous types de supports, la trace de leur nom dans leur société. Il s’agit de femmes qui ont pu être citées lors d’un procès, participer à un chantier de construction, affranchir un ou des esclaves, être honorées par une cité, être contractantes lors d’un bail de terre ou d’un mariage, faire une dédicace à une divinité ou être célébrées par leur entourage dans une épitaphe. Ce choix du nom est directement lié à la problématique de l’invisibilité des femmes qui est notre fil directeur.

La plupart des études sur les femmes antiques – qui concernent majoritairement la période succédant à la conquête d’Alexandre – procèdent de manière thématique et fournissent des données qui s’accumulent de manière dispersée. La matière ainsi accumulée n’a jamais été explicitement exploitée pour alimenter le débat sur la construction du savoir historique et la constitution des traces du passé, encore moins sur celui sur le genre, un terme qui reste d’usage très limité chez les chercheurs et chercheuses spécialisés dans l’Antiquité. Surtout, cette riche documentation archéologique a permis d’accumuler de nouvelles données sur les femmes de sociétés antiques et méditerranéennes où la pratique de l’épigraphie était déjà développée, c’est-à-dire essentiellement les sociétés des époques hellénistique et impériale, si on excepte les sociétés de la Mésopotamie antique (archives des tablettes cunéiformes) pour lesquelles d’importants travaux de déchiffrage sont en cours. A ce sujet, les travaux de Riet van Bremen et d’Elizabeth Carney, comme ceux d’Anne Bielman sont exemplaires (van Bremen 1996, Carney 2000, Bielman 2002).

Or les travaux sur les femmes et le genre des années 1980 et 1990 s’étaient surtout développés à partir d’analyses des discours portant sur la Grèce classique et archaïque (épopées, tragédies, traités philosophiques ou techniques). Nicole Loraux, très inspirée, en a été la meilleure interprète (Loraux 1989). Mais, là encore, les spécialistes du genre sont confrontés à une impasse méthodologique : les données issues de l’archéologie dialoguent mal avec les données issues de la tradition manuscrite comme s’il était impossible de faire dialoguer des registres de discours si différents et si peu complémentaires.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/05/2017

    […] Voir par exemple pour un point de vue historique : http://eurykleia.hypotheses.org/101. « L’état de la question : de l’invisibilité des femmes à leur visibilité » par […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *